7 January 2019

Happy New Year everybody! We spent an unforgettable, although short New Year’s Eve here at Port Lockroy. We had a busy day welcoming in over 200 visitors to our tiny island so our eyelids started to feel heavy by 10pm. With the help of some music and card games, though, we managed to stay awake to welcome in 2019 with a bottle of bubbly, kindly given to us by one of the ships.

New Year also brought new people and our team of four grew to five when Sally joined us from the Falkland Islands. Sally is a dentist by trade and has a long history here at Lockroy. She was the other half of the then two-person team that was sent down to open the post office and shop in 2006-2007. The new Nissen hut was not yet built at the time and the team slept in the museum bunk room. Some of you might be jealous to hear that Sally slept right next to Sophia Lauren. If this reference doesn’t make any sense to you, you should take advantage of the all-knowing Google and search Painted Ladies of Port Lockroy immediately!  Last year she was asked to return for the second half of the season and it seems like Lockroy doesn’t leave you, and you can’t leave Lockroy either as she’s back again this year.  We are very grateful to have her to ease our workload, hear all her stories of her time in the base and it’s also very handy to have a dentist on call 24/7 as well!

Guillaume told you a few weeks ago about all the questions we would like to ask Google if we could. Thanks for sending us some answers to those who did! But in all honesty, it has been wonderful the past few months when we have not been attached to our mobile phones or staring at screens all day long. I can’t say I miss internet access all that much and in reality, our communications with the rest of the world is a hundred times easier and more frequent that it was from the 1940s to 1960s when the base was operational.

Back in the day, the radio operator was one of the most important men on base as the radio provided a vital link to friends and family who must have seemed very far away when the men were stationed in Antarctica. The only contact they had to the outside world during winter was wireless telegraphy, using Morse code, with the Falkland Island Dependencies Survey office in Stanley. Each man was allowed to send a 100-word message to their loved ones every month and receive 200 words from their next of kin in return. The outgoing messages were transmitted in Morse code to Stanley where they were typed onto airmail forms and despatched to the UK with normal mail. During World War II all messages also had to be encrypted, so the radio operator was kept busy for sure. Mistakes in radio communications couldn’t be avoided, however, and in one instance the radio operator James ‘FRAM’ Farrington who was at Port Lockroy in 1944-1945 requested 30 gallons of rum (which was a year’s supply) to be sent, but five months later 300 gallons arrived!

The research that was done at Port Lockroy was closely related to the radio communications, as the ‘Beastie’ that was used for ionospheric studies tried to find the optimal frequency of waves for long distance radio communication that was the main means of long-distance communication before satellites. The work that was done in the base focussed on the measurement of the varying density in the upper atmosphere and the height of this reflective layer above the station.

Each British base also established an official post office when it was built and the post office at Port Lockroy was opened on 23rd March 1944. The mail would arrive at the base on relief ships between November and April and each mail delivery was very much looked forward to. The arriving mail had a significant effect on the team’s spirit. When one ship had to cancel its last visit of the season one April, the base diary recorded: ‘No mail and no prospect of any ‘til November at the earliest has been the heaviest blow to morale’.

It’s hard to imagine how isolated the men felt when they were stationed at Port Lockroy and had to wait for mail for months on end when today with the advantage of satellite communication systems we can feel much more connected to the outside world even though we are many many miles from civilisation. We have a satellite email system that we use daily to contact ships that are visiting us as well as our HQ in Cambridge. We can use the same email system to stay in touch with family and friends when time allows. We also have a satellite phone for emergency situations and can use this to make limited personal calls, so our families received their Christmas wishes all the way from Antarctica.

We don’t only send 80,000 postcards from Port Lockroy to Falkland Island on the ships that visit us, but we also receive mail deliveries from Stanley. Sally brought our latest mail with her yesterday and it was like a second Christmas when we opened cards and presents sent to us by our friends and families back home. The deliveries are not that much more frequent though than they were in the 1940s as we have received mail only twice since arriving two months ago.

All in all, though, we have it very easy compared to the men who were based on the 7th continent before and you can hardly say we are isolated as we meet more people now than we have ever done in our lives before. Being out of the reach of social media has been amazing, but beware Instagram; we have four months’ worth of cute penguin photos coming your way in a few months!

 

Heidi

 

 

 

 

 

Detox digitale, Antarctique style

Bonne année à tous ! Nous avons eu un inoubliable, bien que court, réveillon du nouvel an ici à Port Lockroy. Nous avions eu une journée bien chargée avec plus de 200 visiteurs sur notre petite île, et nos paupières étaient déjà lourdes à 22h. Grâce à quelques jeux de cartes et un peu de musique, nous avons tout de même réussi à rester éveiller pour célébrer 2019 avec des bulles, généreusement offertes par un bateau.

La nouvelle année a aussi apporté de nouvelles personnes, et notre équipe de quatre est devenue cinq quand Sally nous a rejoint des îles Malouines. Sally est dentiste de formation et a une longue histoire avec Port Lockroy. Elle était la seconde moitié de l’équipe de deux personnes d’alors, envoyée pour s’occuper du bureau de poste et créer la boutique en 2006-2007. La Nissen n’était pas construite à l’époque et l’équipe dormait dans le musée, dans le dortoir. Certains d’entre vous seront sûrement jaloux d’apprendre que Sally dormait juste à côté de Sophia Lauren. Si cette référence n’éveille rien en vous, vous devriez profiter de Saint Google pour y chercher immédiatement « Painted Ladies of Port lockroy » ! L’année dernière on avait demandé à Sally de venir dépanner pour la seconde partie de la saison, et il semblerait que de même qu’on n’oublie jamais Port Lockroy, Port Lockroy ne nous oublie jamais non plus, la preuve étant, Sally est de retour cette année. Nous sommes ravi de l’avoir avec nous pour alléger nos tâches quotidiennes, écouter toutes ses histoires de la base, et, il faut le reconnaître, avoir un dentiste sous la main 24/7 !

Guillaume vous a parlé il y a quelques semaines des questions que nous aimerions poser à Google. Merci à ceux qui nous ont envoyé des réponses ! Mais en toute honnêteté, c’était vraiment génial de passer ces deux mois sans être accroché à nos portables ou devant un écran toute la journée. Je ne peux pas dire que l’accès au tout internet me manque, et au final, nos communications avec le reste du monde sont cent fois plus faciles et plus fréquentes qu’elles ne l’étaient dans les années 40/60 quand la base était opérationnelle.

A l’époque l’opérateur radio était l’un des hommes les plus important de la base, représentant le seul lien avec les amis et la famille, qui devaient leur paraître bien loin quand ils étaient ici en Antarctique. Le seul contact qu’ils avaient avec le monde extérieur pendant l’hiver était avec le bureau du Falkland Island Dependencies Survey à Stanley, grâce au télégraphe sans fil, en morse. Chaque homme avait droit à un message de 100 mots par mois à envoyer à leur bien aimée, et pouvait recevoir un message de 200 mots de leurs proches en retour. Chaque message était envoyé en morse à Stanley, où ils étaient retranscrits sur papier et envoyé par courrier en Angleterre où ils étaient ensuite dispatchés. Pendant la seconde guerre mondiale, tous les messages devaient en plus être codés, ce qui tenaient l’opérateur radio bien occupé à coup sûr.  Les erreurs de transmission radio étaient difficiles à éviter et il est advenu que James ‘FRAM’ Farrington, opérateur de Port Lockroy en 1944-45, ayant commandé 30 gallons de rhum (quantité pour une année), vit arriver 300 gallons cinq mois plus tard !

Les recherches qui avaient lieu à Port Lockroy étaient en lien avec la communication radio puisque le ‘Beastie’ qui était utilisé pour les études sur la ionosphère cherchait à définir les ondes de fréquences optimales pour les communications radios de longue distance, qui étaient le moyen principale de communication à distance avant l’apparition des satellites. Les études effectuées sur la base se concentraient sur la mesure des variations de densité dans l’atmosphère, et la hauteur des couches réflectives au-dessus de la station.

Chaque base anglaise avait établi son propre bureau de poste lors de sa construction, et celui de Port Lockroy fut ouvert le 23 mars 1944. Le courrier arrivait à la base par bateau entre novembre et avril, et chaque distribution était attendue avec impatience. L’arrivée du courrier avait une influence conséquente sur le moral des troupes. Lorsqu’un bateau dû annuler sa dernière visite un mois d’avril, le registre de la base décrivait : « Aucun courrier et aucune perspective d’en recevoir avant novembre au plus tôt, fût le plus gros coup au moral »

Il est difficile d’imaginer à quel point les hommes stationnés à Port Lockroy se sentaient isolés quand ils ne pouvaient pas recevoir de courrier pendant des mois et des mois, alors qu’aujourd’hui avec les systèmes de communication satellite nous sommes connectés au monde extérieur malgré les kilomètres qui nous séparent de la civilisation. Nous avons un système d’email satellite que nous utilisons quotidiennement pour contacter les bateaux qui nous rendent visite, ainsi que notre QG à Cambridge. Nous pouvons utiliser ce même système pour communiquer avec nos amis et familles quand nous en avons le temps. Nous avons aussi un téléphone satellite en cas d’urgence, que nous pouvons utiliser pour des appels personnels limités, permettant à nos familles de recevoir tous nos vœux pour Noël depuis l’Antarctique.

Non seulement nous envoyons 80 000 cartes postales à Stanley par bateau, mais nous recevons aussi du courrier de Stanley. Sally a apporté notre nouveau courrier avec elle hier, et cela ressemblait à un nouveau Noël en ouvrant les colis et lettres envoyés par nos familles et amis. Le courrier n’est pas distribué beaucoup plus souvent que dans les années 40 finalement, puisque nous n’avons eu que deux livraisons en deux mois..

L’un dans l’autre donc notre vie est bien plus facile que celle des hommes basés sur le 7ème continent jadis, et l’on ne peut même pas dire que nous sommes isolés puisque nous rencontrons plus de monde ici que nous n’en avons rencontrés durant toute notre vie. Être décroché des médias sociaux est génial, mais sois prévenu Instagram, nous avons quatre mois de photos de manchots trop mignons qui arrivent pour toi dans quelques mois !

 

Heidi

Subscribe to our newsletter

Submit

Press Enquiries

We are very keen to promote the important heritage work that we do, telling the story of life in Antarctica both past and present. If you are interested in running a story about us, using our images or films or want to discuss an interview or potential collaboration opportunity we would love to hear from you.  Please contact either Sarah or Lewis at Limewash to discuss your requirements sarah@limewash.co.uk or +44 (0)1223 813 557.